L’entente. La rencontre

Et voici l’entente.

Elle est mon histoire.

Elle est votre histoire.

Je souhaitai mettre en visuel le dialogue, la communication, l’entente, la discussion, l’union, la fusion de 2 entités.

Laisser l’autre extrapolé par son regard une douceur, une harmonie dans cette délicate communion, si fragile et si forte, voir si puissante que nous sommes capable d’exprimer.

Un visuel s’est fait corps dans mon esprit :

2 corps enlacés dans l’amour, le partage et la confiance.

encre de chine sur tissu

Peu à peu, le dessin évolua jusqu’à l’esquisse finale.

Une mise en volume par un dessin à l’encre de chine complète le travail.

Comme souvent dans mes projets, si je démarre ma création par un dessin, il n’existe qu’une seule face réalisée de l’œuvre.

La suite est dans ma tête et se formalise au fur et à mesure que la pièce prend forme dans mes mains. Une courbe en appelle une autre, et embrasse le tout.

Viens donc alors la matière.

Ici la terre avec laquelle j’ai modelée cette Entente que je voyais.

L’Entente. Son nom s’est imposé dès l’esquisse.

Dans ce monde tourbillonnant, qu’il est doux de représenter une image paisible, une communion si profonde.

Et je voulais l’œuvre lisse, ronde, voluptueuse. Pour que le regard, la main, l’esprit, glisse d’une courbe à l’autre, et s’enveloppe de douceur.

Paul ELUARD dans un de ces poèmes écrivait :

« La courbe de tes yeux fait le tour de mon cœur, un rond de danse et de douceur,

Auréole du temps, berceau nocturne et sûr,

Et si je ne sais plus tout ce que j’ai vécu c’est que tes yeux ne m’ont pas toujours vu »

La vie. Voici aussi un mot magique que je souhaite véhiculer dans mes œuvres.

Si  je ferme les yeux, je vois l’Entente.

Ce projet, symbole d’harmonie, me tient particulièrement à cœur pour tous ce que j’y vois, ressent, pour tout ce que j’y ai mis ;  et pour tout ce que je souhaite transmettre